01/02/2011

LA SOUFFRANCE DE JÉSUS (I) YONGGHI CHO DAVID

Passage biblique : Esaïe 53 : 1-8 : « Qui a cru à ce qui nous était annoncé? Qui a reconnu le bras de l'Éternel? Il s'est élevé devant lui comme une faible plante, Comme un rejeton qui sort d'une terre desséchée; Il n'avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, Et son aspect n'avait rien pour nous plaire. Méprisé et abandonné des hommes, Homme de douleur et habitué à la souffrance, Semblable à celui dont on détourne le visage, Nous l'avons dédaigné, nous n'avons fait de lui aucun cas. Cependant, ce sont nos souffrances qu'il a portées, C'est de nos douleurs qu'il s'est chargé; Et nous l'avons considéré comme puni, Frappé de Dieu, et humilié. Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, Et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. Nous étions tous errants comme des brebis, Chacun suivait sa propre voie; Et l'Éternel a fait retomber sur lui l'iniquité de nous tous. Il a été maltraité et opprimé, Et il n'a point ouvert la bouche, Semblable à un agneau qu'on mène à la boucherie, A une brebis muette devant ceux qui la tondent; Il n'a point ouvert la bouche. Il a été enlevé par l'angoisse et le châtiment; Et parmi ceux de sa génération, qui a cru Qu'il était retranché de la terre des vivants Et frappé pour les péchés de mon peuple? » 

  

Alléluia ! Le Seigneur vous aime. Saluons ensemble : « Vous êtes bien-aimés de Dieu ! » Je voudrais vous prédire la parole intitulée « La souffrance de Jésus. » 

Aujourd’hui, c’est le jour où Jésus est entré dans Jérusalem pour souffrir. 

Il y a 2700 ans, le prophète Esaïe a prophétisé la naissance du Messie. Chaque fois je lis la prophétie d’Esaïe, je suis très touché dans mon coeur. 700ans avant la naissance de Jésus, Esaïe a vu de manière très détaillée que Jésus allait être crucifié. Si ce n’était pas Dieu qui lui avait fait savoir, il ne pourrait pas le voir. Surtout le passage biblique d’aujourd’hui nous parle du salut du Messie. 

Saint Polycarpe a dit qu’Esaïe 53 était le chapitre d’or parmi les évangiles. Friedrich Delitzsch, commentateur de la Bible a dit qu’Esaïe 53 était la partie la plus importante, la plus profonde et la plus élevée dans la Bible. Georg Friedrich Haendel a composé le Messie. Quand il écrivait « l’agneau de souffrance », il s’est arrêté à composer et il a pleuré en disant : « Mon Dieu, je vois maintenant l’Agneau de Dieu qui porte les péchés du monde. » Henri Nouwen a dit aussi que l’aspect de Jésus dans Esaïe 53 était celui qui était blessé pour nous guérir. C’est-à-dire, Jésus est blessé mais avec ses plaies, il nous guérit.

Dans le passage biblique d’aujourd’hui, le prophète Esaïe a été très choqué par la vie de Jésus 600 ans ou 700 ans avant la naissance de Jésus-Christ et il s’est écrié ainsi.

 

I. LA NAISSANCE ET L’HUMILIATION DE LA VIE.

Par cette prophétie, nous voyons que sa naissance et la situation extérieure étaient misérables.

« Il était comme une faible plante et un rejeton qui sort d’une terre desséchée. » Ici, « une faible plante » veut dire la faiblesse. Ceux qui ont vécu dans la campagne savent qu’au printemps les rejetons se poussent des plantes. Ils sont très faibles si bien qu’ils se brisent par les pas des animaux et des hommes. Ici, le fils de Dieu, le roi des rois et le Seigneur des seigneurs s’est élevé comme une faible plante et un rejeton sans aucune force. Il semblait aussi le rejeton qui sort d’une terre desséchée et qui vit sous la terre très pauvre. C’était la vie de Jésus.

« Il n’avait ni beauté, ni éclat. » Quand on voit un bébé, on dit : « Quel beau garçon ! Tu seras un grand homme ! » Mais, quant au petit Jésus, il n’avait ni beauté ni éclat. Aux yeux d’Esaïe il n’a eu aucune attirance pour attirer ses regards. C’est-à-dire il était moins beau que vous et moi.

Il est écrit dans Esaïe 53 : 2 : « Il s'est élevé devant lui comme une faible plante, Comme un rejeton qui sort d'une terre desséchée; Il n'avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, Et son aspect n'avait rien pour nous plaire. »

Le bébé n’était pas mignon du tout. Il n'avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, et son aspect n'avait rien pour nous plaire. Il est né comme un homme ordinaire.

Il est dit dans Luc 2 : 4-7 : « Joseph aussi monta de la Galilée, de la ville de Nazareth, pour se rendre en Judée, dans la ville de David, appelée Bethlehem, parce qu'il était de la maison et de la famille de David, afin de se faire inscrire avec Marie, sa fiancée, qui était enceinte. Pendant qu'ils étaient là, le temps où Marie devait accoucher arriva, et elle enfanta son fils premier-né. Elle l'emmaillota, et le coucha dans une crèche, parce qu'il n'y avait pas de place pour eux dans l'hôtellerie. »

C’est l’accomplissement de ce qu’a prophétisé Esaïe.

 

A SUIVRE....


Transmis par le Pasteur Henri K.

 www.ministerededelivranceetguerison.com


 

 

Écrire un commentaire